Association Music's House

Association Music’s House
31 rue Henri Sellier - 79000 - NIORT
Tél : 09.50.31.49.88

Une école de musique, un collectif de musiciens, des studios de répétition et d’enregistrement, organisation de concerts, d’évènements culturels et pédagogiques, autour de la pratique des musiques actuelles.

Accueil du site > Evènements de Music’s House > Revues de Presse > Phil Palmer de Dire Straits à un (...)

Phil Palmer de Dire Straits à un festival créchois - 04 février 2012

"Le célèbre guitariste a accompagné les plus grands, d’Eric Clapton à Mark Knopfler. Hier, il était sur la scène du festival “ InTEMPOrels ”, à La Crèche."

JPEG - 30.5 ko

Phil Palmer est venu cette semaine à Niort pour la deuxième fois  : il était l’an dernier sur la scène de la fête de la Musique avec Murray Head. - (Photo NR, Éric Pollet) Il est des musiciens qui en imposent par la simple évocation de leur carrière et des grands noms qu’ils ont accompagnés. C’est le cas de l’Anglais Phil Palmer, 60 ans et déjà un demi-siècle de virtuosité à la guitare. Cet artiste d’exception est né sous la bonne étoile des Kinks  : Ray et Dave Davies n’étaient autres que ses oncles  ! Forcément, ça aide un peu dans le métier… Il n’avait que six ans quand ses tontons ont rencontré le succès. En 1972, à l’âge de 20 ans, il les a suivis aux USA et s’est produit sur la scène du Madison Square Garden.

" J’ai quitté la France à cause des impôts, trop chers  ! "

Dès 1975, il a suivi en tournée les plus grands comme David Essex, Eric Clapton, Tina Turner, Phil Collins, Dire Straits, Robbie Williams, les Pet Shop Boys, Pete Townshend, George Michael… L’an dernier, il était au côté de Murray Head pour sa première venue à Niort, sur la scène de la fête de la musique. Sous l’égide de l’association niortaise « Music’s House », qui a de nouveau fait appel à lui pour la première édition, hier à La Crèche, d’un tout nouveau festival axé sur l’évolution du blues au rock et baptisé « les InTEMPOrels ». « Je ne peux pas me qualifier de joueur de blues, confie Phil Palmer, ma vie d’artiste est restée très classique, très anglaise, pas vraiment en lien avec le blues, mais le fait d’avoir joué avec Eric (Ndlr  : Clapton), fait que j’ai été en contact avec ce type de musique qui est un peu la mère de tout ce qu’on fait en rock. » Pour lui, participer à une « masterclass » avec de jeunes guitaristes deux-sévriens, « cela relève plus du partage que de la leçon, c’est la deuxième fois que je me livre à cet exercice à Niort puisque je l’avais déjà fait en marge du concert de Murray Head l’an dernier. Auparavant, on ne m’avait jamais demandé d’animer des masterclasses. » Phil a habité Antibes, sur la Côté d’Azur, pendant six ans avant de retourner en Angleterre. Quand on lui demande pourquoi, il répond très franchement  : « Ce n’était pas à cause du mal du pays car je me sentais très bien là-bas, mais le problème c’est que c’est devenu compliqué sur le plan des impôts, beaucoup trop cher  ! » Le nom de Palmer est associé à de nombreux grands artistes, en particulier Eric Clapton ou Mark Knopfler, mais il s’est toujours appliqué à garder son propre style tout en s’intégrant à des couleurs musicales spécifiques  : « En fait, je n’ai pas vraiment à faire des efforts d’adaptation, juste à apporter ma contribution, mon interprétation, cela n’a jamais fait changer mon style pour autant, en tout cas pas consciemment. »

Tournée avec George Michael, projet d’album avec les Straits

Aujourd’hui, Phil Palmer continue d’évoluer dans ce monde des « monstres » du rock. « J’ai déjeuné avec Mark Knopfler dans son studio tout récemment et j’ai retrouvé Eric Clapton lors d’un festival l’été dernier. Il a toujours été très sympa avec moi, Eric. J’adorerais jouer de nouveau avec eux. Mark joue maintenant avec son groupe de country mais j’espère qu’Eric me rappellera un de ces jours. » Phil est très occupé ces temps-ci  : si la tournée avec George Michael a été interrompue en raison de problèmes de santé du chanteur, elle reprendra à partir de septembre prochain. Dimanche soir, il retourne à Londres pour enregistrer sur le prochain album de Seal. « Il est brillant, et quelle voix  ! C’est un bonheur de participer à cet album, confie-t-il, j’ai déjà enregistré avec lui son album intitulé " Soul 2 ", avec des reprises fantastiques. » Et il lâche un scoop  : « On va certainement enregistrer un nouvel album avec les Straits, c’est à dire Dire Straits sans Mark Knopfler, une sacrée aventure  ! » Reviendra-t-il à Niort pour une deuxième édition du festival des « inTEMPOrels »  ? Il ne l’exclut pas, s’il est disponible  : « Je suis très attaché à la rencontre entre le public et les musiciens, partager mon expérience en live, parfois détecter des talents prometteurs, comme Joe Bonamassa que j’ai rencontré par hasard chez un ami à Los Angeles. Il m’a dit qu’il était venu me voir avec le groupe d’Eric Clapton et qu’il était fan de moi. Il n’a pas plus de 35 ans et tourne déjà depuis 10 ans, je pense qu’il a un grand avenir. »

nr.niort@nrco.fr - 05/02/2012



Réalisation et hébergement : Comme-mon-site.com et Mon-site-ici.com
© 2016 musics-house.com